A propos

Je m’appelle Guillaume Ponce. Je suis né en 1975 et, joueur de jeux de rôle et de jeux de figurines, j’ai commencé à peindre des figurines dans le début des années 1990. Dans le spectre des différents types modélistes, je suis donc résolument un figuriniste, peignant principalement des figurines de jeu dont les inspirations sont issues du fantastique et de la science-fiction.

Doté d’un esprit inquisiteur et assez enclein à l’insatisfaction, je ne me suis pas contenté de faire « comme tout le monde ». « Tout le monde », ou du moins l’écrasante majorité des figurinistes de jeu, utilise des peintures acryliques commercialisées spécialement pour ce hobby, souvent par les fabriquants des figurines elles-mêmes.

J’ai moi-même donné dans cette veine pendant un certain temps. Mais j’ai fini par tomber en profond désamour avec ce type de peintures, principalement pour les raisons suivantes :

  • Les techniques permettant d’obtenir des résultats vraiment1 esthétiques avec des acryliques reposent systématiquement sur la superposition d’assez nombreuses couches de peintures.

    Bien qu’ayant atteint une maîtrise correcte de ces techniques m’ayant permis d’obtenir des résultats plus qu’honorables, et même quelques petits moments de gloire sur la petite scène des figurinistes de Bourg en Bresse, je les ai toujours trouvées extrêmement fastidieuses à appliquer. Ceci est assez génant pour une activité pratiquée comme un loisir …

  • Je trouve le résultat obtenu par trop fragile. Les peintures acryliques n’en demandent pas trop avant de se décrocher de leur support.

    Les figurines de jeu étant nécessairement destinées à être transportées et manipulées, contrairement à certaines de leurs consœurs figurines de collections qui restent à l’abri d’une vitrine, les occasions ne manquent pas de voir leur peinture s’écailler. Il devient alors fréquent de devoir retoucher les figurines, ce qui ajoute encore à la frustration issue premier point évoqué : non seulement je trouve les figurines fastidieuses à peindre aux acryliques, mais en plus je devrait me résigner à répéter ces opérations fastitdieuses encore et encore chaque fois que mes figurines prendraient des pocs …

Le premier de ces problèmes, le manque d’intérêt à mes yeux des techniques de la peinture acrylique, a trouvé sa solution dans deux alternatives :

  1. Premièrement et principalement, la découverte de la possibilité d’utiliser les peintures à l’huile sur nos chères figurines.

    La peinture à l’huile mais longtemps pour « sécher » (siccativer en fait). De ce fait, elle laisse tout le temps nécessaire pour travailler dans le frais et réaliser des fondus non pas par superpositions successives comme avec les peintures acryliques, mais par mélange à même le support.

    Et là, magiquement, la mise en couleur de la figurine devient intéressante à pratiquer.

  2. Dans un deuxième temps et (du moins pour l’heure) plus marginalement, l’investissement dans un aérographe.

    La peinture à l’aérographe fonctionne par superposition de voiles fins de peintures. Donc en cela, il pourrait s’apparenter aux techniques habituelles des peintres de figurines de jeu.

    Sauf que d’une part l’application est beaucoup plus rapide qu’au pinceau et que, d’autre part, il est possible de produire des effets de dégradés en un seul voile en jouant avec la dispersion de la peinture.

Le second problème, la fragilité de la peinture acrylique, m’a poussé à m’engager dans diverses investigations quant aux différents types de peintures et autres produits pouvant tendre à y remédier. C’est là qu’est intervenu mon esprit inquisiteur mentionné plus haut ainsi qu’un certain goût pour la rigueur scientifique.

Je me suis donc lancé dans un ensemble de tests divers et variés dont les résultats seront également publiés sur le présent site, aux côtés de la présetation des techniques que j’utilise pour assembler et peindre mes figurines et de l’exposition de photographies de mes œuvres.


Pour une présentation plus générales de l’auteurs de ce site, vous pouvez vous référer à la page « A propos » générale du portail de mes différents sites personnels.


  1. Un certain nombre d’ouvrages citent le brossage à sec et le lavis comme techniques utilisables à l’acrylique, au moins pour les débutants. Mais ne nous y trompons pas, ces techniques, récupérées de l’arsenal utilisé par les modélistes des générations précédentes peignant essentiellement avec des peintures enamel, donnent des résultats d’autant plus médiocres qu’elles sont utilisées avec des peintures (trop) sèches comme les acryliques.