Figurines & modélisme

Guillaume Ponce

Accueil Journal

Les Vernis que j’utilise

L’une des raisons qui m’ont fait me détourner des peintures acryliques que la plupart des figurinistes utilisent est leur manque de résistance. C’est donc un aspect important pour moi. Ma recherche de peintures plus résistantes s’est naturellement prolongé par une recherche de vernis susceptibles d’augmenter cette résistance.

Ceci m’a amené à distinguer deux fonctions dans les vernis : l’aspect protection et l’aspect finition. En effet, il s’avère que les vernis les plus protecteurs sont systématiquement brillants. Or, la plupart du temps, c’est une finition mate qui sied aux figurines. J’utilise donc généralement deux couches de vernis : un vernis (brillant) de protection et un vernis de finition mate.

Résumé pour l’Homme pressé

Vernis de protection (brillant) :

Vernis de finition mate :

Vernis de protection

Lors de mes recherches en matière de peintures, et spécialement concernant leur résistance, je suis arrivé à la conclusion que les peintures les plus résistantes sont les peintures bicomposantes. Deux types de formulations en particulier ont retenu mon attention : les époxys et les polyuréthanes.

D’après ce que j’ai pu lire, les époxys sont les plus résistantes à l’arrachement et les polyuréthanes les plus résistantes à l’abrasion. La meilleure combinaison possible semble donc être d’utiliser des produits époxys sur les premières couches appliquées sur un support (apprêt et premières couches de peintures) et des produits polyuréthanes sur les dernières couches (dernières couches de peinture et … vernis).

Je me suis donc mis en quête d’un vernis polyuréthane. Et j’en ai trouvé un. Je me suis donc tourné vers le vernis Comus Plastivernis 340, un vernis polyuréthane / polyester prévus pour les coques de bateaux (des vrais, pas des maquettes) destinés à naviguer en mer, dont l’eau salée est effectivement abrasive.

J’applique ce vernis au pistolet à peinture. Il pourrait également être appliqué au pinceau. Mais comme il nécessite un diluant appartenant à la famille des diluants cellulosique, je préfère éviter de l’appliquer au pinceau sur des peintures qu’il pourrait détériorer, comme les peintures alkydes ou à l’huile que j’utilise. On prendrait en effet plus de risques avec les frottements du pinceau qu’on en prend à simplement déposer une couche (plus ou moins) fine avec de l’air.

Aussi, quand la météo ne me permet pas d’utiliser mon pistolet à peinture (que j’utilise systématiquement en extérieur), je me tourne vers un autre vernis pour pouvoir l’appliquer au pinceau. Il s’agit du Humbrol Gloss Cote.

Ces deux vernis sont brillants ; même très brillant concernant le vernis Comus. Et au cours de mes recherches, il m’est apparu que tous les vernis les plus protecteurs sont systématiquement brillants. C’est d’ailleurs pour cela que je choisis le Humbrol Gloss Cote plutôt que les versions mate ou satinée du même produit.

Pour un figuriniste, cet état de fait est plutôt malheureux. Nous préférons généralement les finitions mates, sauf, parfois, pour des effets métallisés.

C’est pourquoi je double généralement ce vernis protecteur d’une seconde couche de vernis de finition.

Vernis de finition mate

Je dois donc généralement utiliser un second vernis, purement à des fins cosmétiques, pour obtenir une finition mate.

Si la météo permet l’utilisation, toujours en extérieur, de bombes aérosol et si la totalité de la figurine que je m’apprête à vernir est à matifier, alors je reste fidèle au Testors Dullcote que j’employais déjà (comme vernis protecteur) du temps où je peignais encore aux acryliques. Il s’agit d’un vernis cellulosique acrylique au grand pouvoir matifiant.

Si la météo ne permet pas l’emploi de bombes aérosol ou si certaines parties de la figurines doivent conserver une finition brillante, alors j’applique au pinceau une couche de vernis mat à tableaux Sennelier. Il s’agit d’un vernis destiné aux peintres à l’huile et qui possède le plus fort pouvoir matifiant que j’ai jamais vu. Ce vernis s’applique au pinceau, ce qui permet d’être plus précis qu’à la bombe et de ne l’appliquer que là où il est désirable.

Si la météo permet l’emploi de bombes aérosol mais que certaines parties de la figurines doivent conserver une finition brillante, il peut parfois se révéler plus avantageux en temps passé d’utiliser la bombe après avoir masqué les parties à conserver brillantes ou encore de bomber la totalité de la figurine pour ensuite ré-appliquer au pinceau un peu de Humbrol Gloss Cote sur les parties que l’on veut voir briller.

Copyright © 2015-2018 Guillaume Ponce
Creative Commons - Attribution - Partage dans les mêmes conditions

Vous utilisez les techniques exposées sous votre propre responsabilité. Certains des produits mentionnés sont nocifs pour la santé et pour l’environnement.